Animaux < Insectes < Fourmi légionnaire

Fourmi légionnaire

Cette fourmi doit son nom à sa façon de se déplacer en longues colonnes, reine et ouvrières au centre, soldats en tête et sur les côtés.
On rencontre différentes espèces de fourmis légionnaires dans les régions tropicales d’Inde, d’Afrique, et d’Amérique.
Le genre Eciton est particulièrement réputé pour sa férocité en Amérique. Le genre Anomma, tout aussi guerrier, vit en Afrique ainsi que la célèbre Dorylus nigricans appelée fourmi magnan.

Portrait de la fourmi légionnaire

Ces fourmis vivent essentiellement dans les forêts d’Afrique et d’Amérique du Sud. Les Ecitoninae vivent dans le Nouveau Monde. Les Aenictinae et les Dorylinae vivent dans l’Ancien Monde. Ces fourmis font partie de l'ordre des Hymenoptera et de la famille des Formicidae.

Il existe plusieurs espèces dont notamment :

  • Eciton burchelli
  • Eciton dulcius
  • Eciton hamatum
  • Anomma wilwerthi
  • Dorylus nigricans

Quel que soit le continent, toutes les fourmis légionnaires partagent des points communs :

  • Elles sont nomades
  • Elles attaquent sans effectuer de reconnaissance préalable
  • Leur reine, dépourvue d’ailes, peut pondre jusqu’à 2 millions d’œufs en un mois

En 2003, Sean Brady, entomologiste à l’Université Cornell, a publié une étude génétique portant sur 30 espèces de fourmis légionnaires de continents différents et 20 espèces fossiles.

Leur ancêtre commun aurait vécu il y a 100 millions d’années sur le supercontinent Gondwana. Après le fractionnement du Gondwana, toutes les espèces ont conservé les trois caractéristiques propres aux fourmis légionnaires.

Les mâles sont pourvus d’ailes et meurent rapidement après la reproduction.

Fourmis légionnaires

Fourmis légionnaires genre Eciton en train de transporter les larves. © dinosoria.com

Parmi les fourmis légionnaires, l’homme a donné des surnoms qui symbolisent bien ces espèces : la fourmi safari d’Afrique ou la fourmi guerrière du Nouveau Monde. Elles ont été surnommées les Huns du monde des insectes.
Les fourmis tropicales américaines, du genre Eciton, sont parmi les plus redoutables. En Afrique, la plus crainte est la Dorylus nigricans ou fourmi magnan.

La fourmi safari africaine (genre Dorylus), comme les fourmis guerrières Eciton, se déplacent en colonnes de razzia, longues parfois de 300 m et fortes de milliers d’individus. Ces fourmis attaquent tout animal vivant, y compris l’homme.

Colonne de fourmis légionnaires

Le sol grouille de fourmis légionnaires qui se déplacent en colonne. © dinosoria.com

Leur structure sociale est la même que pour la plupart des autres espèces. Elle consiste en une reine mère et la population élargie de ses descendants.
Sa progéniture comprend des ouvrières dépourvues d’ailes, des mâles ailés et des reines ailées qui quitteront le nid comme reines fécondées.

La fécondation nuptiale de la reine durera toute sa vie, parfois jusqu’à 15 ans. La moyenne des ouvrières ne vit que quelques années. Les mâles meurent peu après le vol nuptial.

La caste ouvrière est spécialisée et se divise en sous-castes. Les soldats ne sont que des ouvrières plus grosses.

Fourmis legionnaires

Larves de fourmis légionnaires. © dinosoria.com

Dans le genre Anomma, les plus petites ouvrières mesurent 0,5 mm alors que les plus grandes mesurent 14 mm mais un soldat mesure en moyenne 25 mm.

Une colonie évolue en fait comme une unité biologique.

L’organisation des fourmis légionnaires

Les fourmis légionnaires se déplacent en colonnes de quelques dizaines de mètres, organisées militairement.

Au centre, les petites ouvrières transportent les larves et parfois des proies comme garde-manger. La reine est entourée de ses servantes.
Sur les flancs, les soldats, qui sont des ouvrières deux fois plus grosses que les autres, munis d’une tête énorme et de mandibules impressionnantes.

Fourmis legionnaires

Les fourmis légionnaires sont en perpétuel déplacement. © dinosoria.com

Plusieurs de ces soldats sont régulièrement relevés afin de précéder la colonne en éclaireurs. La colonne suit ainsi ses soldats aux traces odorantes qu’ils laissent derrière eux.

La colonne avance de 200 m par jour environ et s’arrête la nuit pour camper, toujours en bon ordre. La reine reste au centre et les soldats montent la garde autour d’elle.

Eciton. Fourmi legionnaire

Fourmi légionnaire du genre Eciton. © dinosoria.com

Chez certaines espèces sud-américaines, les nids qui servent de bivouac pour la nuit, pendent des arbres comme des essaims d’abeilles.
De ces masses sortent des colonnes de razzia qui fouillent chaque brindille pour rapporter de quoi nourrir la colonie.

Colonne de fourmis légionnaires

La colonne avance, rasant tout sur son passage. © dinosoria.com

Malgré l’apparente confusion qui règne, l’immense communauté maintient une activité coordonnée. Le mode de communication chimique des fourmis et le rôle joué par la reine constituent deux facteurs importants qui permettent cette cohésion.

La fourmi magnan (Dorylus nigricans)

La reine, aveugle, pond jusqu’à 50 000 œufs par jour pendant la période de reproduction. Aptère, elle pèse jusqu’à 2 grammes, soit le poids de 100 soldats.
A chaque nouveau déplacement, elle est tellement grasse que des dizaines d’ouvrières s’agglutinent autour d’elle pour la pousser et la tirer.

Le bruit caractéristique de cette armée en marche est appelé la marabounta. La durée du raid varie entre 3 h et 2 jours.

Dans son livre « Les Fourmis », Bernard Weber décrit admirablement la terreur qu’inspire l’arrivée des magnans :

« Après les éclaireurs, les autres arrivent vite, en colonne à perte de vue. La colline devient noire. C’est comme une coulée de lave qui fait fondre tout ce qu’elle touche ».

Fourmis legionnaires

Pont vivant de fourmis légionnaires du genre Anomma qui sert de raccourci. © dinosoria.com

Rien n’arrête les magnans, pas même une étendue d’eau. Pour franchir l’obstacle, les ouvrières se transforment en pont vivant.

L’ethnie d’Houphouët Boigny utilisait les magnans à des fins meurtrières. Ils laissaient la victime sur le passage des fourmis et récupéraient 15 jours après un squelette bien propre.

Pourquoi les fourmis légionnaires voyagent-elles ?

Pourquoi ces fourmis se déplacent-elles ainsi continuellement ?

Ces voyages semblent liés à la reproduction. Une fois par mois, l’armée s’arrête, la reine pond 40 000 oeufs et plus, d’où sortent des larves une semaine plus tard.
Parallèlement, toutes les nymphes de la ponte précédente se métamorphosent à la fois en une masse de jeunes adultes affamés.

La fourmi légionnaire est-elle dangereuse ?

Les fourmis légionnaires sont souvent de grande taille. On raconte des histoires effrayantes à propos de ces fourmis.
Il est vrai que ces armées sont capables de dévorer un bœuf, mais à condition qu’il soit attaché.

Fourmis legionnaires qui attaquent un papillon

Cet insecte ailé est découpé par la horde de fourmis légionnaires. © dinosoria.com

Rien ne résiste au passage de ces colonnes qui peuvent contenir plusieurs millions d’individus. Sur leur passage, les fourmis dévorent une quantité énorme d’insectes et de larves.

On les appelle parfois « mangeuses d’hommes » car elles sont capables de dévorer un corps humain, mort ou immobilisé.
Les mandibules des soldats, longues et pointues, sont utilisées en Amérique du Sud pour refermer les blessures, comme des agrafes.

Lorsqu’elles traversent un village, celui-ci doit être évacué.
Cependant, avant de partir, les habitants laissent les portes ouvertes car elles nettoient rapidement la maison de toute vermine, des rats et des cafards.

En Afrique, les fourmis légionnaires sont de véritables prédateurs. Elles dévorent davantage de chair animale dans la savane que les lions, les hyènes ou tout autre carnivore.

V.Battaglia (17.02.2006)

Fourmi de feu . La fourmi : un soldat impitoyable

Références

La Fourmi. Collection Marshall Cavendish. 1994
Encyclopédie Larousse des Animaux. Famille des Formicidae. P. 578. Larousse 2006
La Grande encyclopédie des insectes. Gründ. 1991
Ca m'intéresse N°271

< Insectes