Please disable your adblock and script blockers to view this page
Youtube

Ornithorynque

L’ornithorynque (Ornithorhynchus anatinus) est un animal bien étrange dont la découverte en 1798 décontenança la communauté scientifique. En effet, cet incroyable mammifère est capable de pondre des œufs.

L’ornithorynque et les échidnés font partie de l’ordre des Monotrèmes (Monotremata).

Ce groupe de mammifères primitifs est vieux d’au moins 100 millions d’années. A partir de 1802, l’étude de l’anatomie de l’ornithorynque révéla des traits si étonnants que la famille des Ornithorhynchidae fut créé avec une seule espèce: l'ornithorynque.

 

 

Les Monotrèmes

Les Monotrèmes ne vivent actuellement qu’en Australie, en Tasmanie et en Nouvelle-Guinée. Ils sont représentés par deux familles :

Les Tachyglossidae représentés par les échidnés qui comportent 4 espèces dont l’échidné à bec court et l’échidné à bec long.

Echidné australien

Echidné à bec long. © dinosoria.com

Les Ornithorhynchidae constitués d’une seule espèce, l’ornithorynque.

Les Monotrèmes pondent des œufs, comme les reptiles et les oiseaux, mais produisent aussi du lait pour nourrir leurs petits, comme les mammifères.
De plus, bien qu’ils soient endothermes, ils sont incapables de réguler efficacement leur température interne.

A partir de 1802, l’étude de l’anatomie de l’ornithorynque révéla des traits si étonnants que cet ordre fut créé.
C’est la contraction des mots grecs monos « unique » et tremata « trou » car l’ordre des monotrèmes regroupe des animaux dotés d’un orifice unique servant à la fois aux fonctions urinaire et de reproduction.

Ornithorynque

Ornithorynque. © dinosoria.com

Les Monotrèmes actuels sont des animaux extrêmement spécialisés. Il est possible que ce groupe ait été autrefois plus large mais aucun fossile n’a pu encore reconstitué les différents stades de leur évolution.

En 1985, quelques dents associées à un fragment de mandibule datant du Crétacé inférieur ont été découvertes en Australie. L’animal a étéappelé Steropodon. Ses dents ressemblent à celles de l’ornithorynque juvénile actuel. Il avait la taille d’un chat ce qui est très grand pour un mammifère du Mésozoïque.
Dans des niveaux du même âge, un autre Monotrème a été découvert : kollikodon.

Très récemment, on a mis à jour en Amérique du Sud une molaire d’Ornithorhynchidae vieille de 62 millions d’années. Cette découverte suggère une répartition plus vaste des Monotrèmes avant la séparation de l’Australie des autres continents.

Ces différents fossiles plaident en faveur d’une diversité très précoce de ce groupe, dont l’origine est encore inconnue.

Les principales caractéristiques des Monotrèmes sont:

  • Ils sont couverts de poils
  • Ils allaitent leurs petits
  • Ils ont un coeur à quatre compartiments
  • Ils possèdent trois osselets dans l'oreille
  • Ils pondent des oeufs
  • Ils possèdent une ceinture scapulaire (os des épaules) à quatre os comme les reptiles

Classification: Animalia. Chordata. Mammalia. Prototheria. Monotremata. Ornithorhynchidae. Ornithorhynchus

Portrait de l’ornithorynque

L’ornithorynque est recouvert de poils bruns épais qui le protègent du froid et maintiennent la température de son corps dans l’eau.
Ses pieds sont palmés. Hors de l’eau, cette membrane peut se rétracter afin de faciliter la marche et les travaux de terrassement.
Son bec, en forme de bec de canard, n’est pas constitué de cartilage dur mais d’une peau épaisse très sensible car riche en terminaisons nerveuses.

L’ornithorynque mâle possède un ergot corné derrière chaque cheville postérieure, relié à une glande à venin. Cette glande n’est active qu’à la période de reproduction.

Ornithorynque

Les pieds de l'ornithorynque sont palmés. © dinosoria.com

Un ornithorynque peut mesurer jusqu'à 60 cm de long et peser jusqu’à 2,7 kg. Sa longévité est de 10 à 15 ans.

L'ornithorynque vit dans l'est de l'Australie, en Tasmanie, sur les îles Kangaroo et King.

Mode de vie de l’ornithorynque

Cet animal est essentiellement actif au lever et au coucher du soleil. C’est un animal amphibie qui chasse sa nourriture dans l’eau mais vit dans des terriers aménagés sur les berges.

C’est un animal discret qu’il est très rare de rencontrer dans la nature.

Son régime alimentaire est essentiellement composé de larves d’insectes. En une seule nuit, il est capable d’avaler son poids en nourriture. Il complète son menu avec des invertébrés.

Ornithorynque

L'ornithorynque n'a pas de dents. © dinosoria.com

Quand il plonge, ses yeux et ses oreilles sont obturés par un repli de peau. Il se sert uniquement de son bec mou, très sensible au toucher et aux signaux électriques émis par ses proies.

Pourtant, il n’a pas de dents. En effet, en devenant adulte, il perd les quelques dents qui avaient percé lors de son adolescence.
Adulte, il ne dispose que de lames cornées incapables d’assurer seules la mastication. Il a donc mis au point une technique de broyage particulière.

Ornithorynque

L'ornithorynque est discret et rare en liberté. By Richard.Fisher

Il stocke les proies collectées dans deux poches buccales, situées au niveau des joues, puis remonte à la surface, s’installe sur le dos, et commence à triturer ce bol alimentaire.
Sa langue frotte les aliments contre les parois cornées des poches jugales et des lames dentaires.

Il peut rester jusqu’à 5 minutes en apnée.

L’arme secrète de l’ornithorynque

L’ornithorynque possède une redoutable botte secrète, capable de venir à bout d’un chien. C’est en 1816, au cours d’une chasse, que le dard fut découvert. Alors qu’un rabatteur ramassait un animal blessé de l’eau, sa main fut percée d’un coup d’aiguillon dissimulé par un repli de peau de la patte arrière.
La main et l’épaule enflèrent rapidement et l’homme fut immobilisé plusieurs jours. Ce dard est empoisonné.

L’ornithorynque est ainsi entré dans le cercle très fermé des mammifères venimeux.

Anatomie de l'ornithorynque

L'ornithorynque est un mammifère venimeux

La toxicité de ce venin est extrême ; même en infime quantité, il tue un lapin ou un chien sauvage.

Cette glande a venin ne s’active qu’à l’époque de la reproduction. Elle sert donc principalement aux combats entre mâles. L’ergot corné qui ne mesure que 2 cm existe sous une forme atrophiée chez les femelles.

La reproduction de l'ornithorynque

Au printemps, l'accouplement à lieu dans l’eau. La femelle a, auparavant, bien préparé son terrier sur une berge. En effet, environ trois semaines, après la fécondation, elle y pondra un à trois œufs à coquille molle.
Ces œufs sont minuscules, pas plus de 2 cm de long.

Illustration terrier Ornithorynque

Le terrier peut mesurer jusqu'à 15 m. Il est garni de feuillages. La femelle obstrue le couloir d'accès ce qui le transforme en véritable couveuse. Illustration © Simon Turvey

La femelle se met sur le dos pour pondre. Enduits d’une substance visqueuse, les œufs sont collés l’un à l’autre et adhèrent ainsi à la fourrure de leur mère.
L’ornithorynque ne dispose pas de poche abdominale dans laquelle l’incubation pourrait s’effectuer. De ce fait, la femelle maintient délicatement ses œufs entre la base de sa queue et la surface de l’abdomen.

Repliée sur elle-même, elle souffle de l’air chaud avec son museau pour que le terrier soit à bonne température.

Au bout de 10 jours d’incubation, les petits cassent leur coquille ; ils sont roses et sans poils. Ils disposent, comme les reptiles, d’une petite dent pour casser leur coquille.

Ornithorynque

L'ornithorynque est ovipare. By Urville Djasim

La femelle est dépourvue de tétons ; les petits sucent le lait maternel qui suinte des deux champs mammaires sur la fourrure (canaux lactifères).
Seule la mère s’occupe des jeunes. Elle ne se reproduit que tous les deux ans mais apporte beaucoup d’attention aux petits d’où un faible taux de mortalité.

A partir de 3 ou 4 mois, les jeunes quittent le terrier pour leur premier bain. Ils ont déjà presque leur taille adulte. C’est à 18 mois, qu’ils atteindront leur maturité.

Des animaux mi-reptiles, mi-mammifères

Les Monotrèmes mâles disposent d’un pénis, qui au repos, loge dans un sac préputial à l’intérieur du système urogénital. Cette caractéristique se retrouve chez les reptiles.
Les testicules sont également internes.

Squelette d'un Ornithorynque

Le squelette de l'ornithorynque dévoile un animal mi-reptile, mi-mammifère. By Stinkie Pinkie

Cette caractéristique anatomique est liée à la température nécessaire pour la production d’un sperme fertile.
En effet, les Monotrèmes ont une température basse par rapport à celle des mammifères placentaires (32°C contre 38°C).
Les mammifères placentaires disposent d’un sac externe appelé scrotum. Ce sac ne se justifie pas chez les monotrèmes car il serait à une température trop basse.

Squelette Ornithorynque

Squelette d'un ornithorynque. La structure rappelle celle des lézards et des crocodiles. Les pattes sont notamment tournées vers l'extérieur

L’œuf des monotrèmes est méroblastique c’est-à-dire qu’il contient le nécessaire pour nourrir le fœtus pendant sa croissance comme chez les reptiles et les oiseaux.

En fait, le mode de reproduction emprunte à la fois aux reptiles et aux mammifères.

L’avenir de l'ornithorynque

Le territoire des Monotrèmes s’est réduit avec l’expansion des activités humaines. Cependant, on estime que le biotope de l’ornithorynque ne s’est réduit que de 10% en deux siècles.
Par contre, cette espèce a été proche de l’extinction au début du 20ème siècle avant que l’Australie ne promulgue une loi de sauvegarde de l’espèce.

L’ornithorynque a très peu de prédateurs naturels. Il a fait l’objet d’un commerce pour sa fourrure au 19ème siècle qui a failli l’exterminer.

Ornithorynque

Ornithorynque dans un aquarium en Australie. By bunnicula

Il faut souligner que l’espérance de vie des ornithorynques en captivité est très aléatoire. Un seul homme a réussi à maintenir en vie ces animaux hors de leur milieu naturel : David Fleavy, directeur d’un parc zoologique australien.
C’est dans son centre qu’a eu lieu en 1943 la première naissance d’un bébé ornithorynque en captivité.
C’est d ‘ailleurs grâce à cette naissance que les chercheurs ont pu recueillir des informations sur le mode de reproduction de cette espèce.
Par la suite, cinq couples ont été implantés dans l’île Kangaroo, au sud du continent australien. La lignée continue à y prospérer.

V.B (03.2004) .M.à.J 12.2007

< Mammifères