Animaux < Reptiles < Serpents < Python

Python

Epais, lourd et trapu, le python possède une force colossale. Ce serpent tropical est un redoutable chasseur. Le python tue par constriction en étouffant ses proies entre ses puissants anneaux.

Le python a mauvaise réputation car il est considéré comme un mangeur d'hommes. En réalité, parmi les nombreuses espèces de pythons, seul le python réticulé est officiellement responsable de ce genre d'attaque.

Python: Tailles du S au XXL

Il existe des dizaines d’espèces de pythons mais elles ont toutes un point commun : leur façon de tuer.
Le python fait partie de la famille des pythonidae
On a comptabilisé 27 espèces réparties dans les régions tropicales d’Afrique, de l’Inde, du sud-est asiatique et d’Australie.

Python molure

Python molure. © dinosoria

Dans le nord de l’Australie, la densité des pythons à tête noire est incroyable. On en a recensé plus de 900 au km² dans certaines zones.

Le python tapis (Morelia spilota) est le python le plus répandu en Australie. Sa taille peut atteindre 4 m.

Python tapis

Python tapis. © dinosoria.com

Tous les pythons ne sont pas gigantesques. C’est le python réticulé (Python reticulatus) qui détient le record du plus grand serpent du monde avec 10 m de long.

Python réticulé

Python réticulé. By Ryan Somma

En Afrique, le python de Seba atteindrait 9 m. mais la taille record officielle est de 7,50 m.

En Australie, c’est le python amethyste qui détient le record avec 6 m.
Les formes géantes coexistent avec de petites espèces comme le python royal qui ne dépasse pas 1,50 m.

Python améthyste

Python améthyste. By spisharam - AWAY . (Site de l'auteur)

Le python vert qui est le seul python totalement arboricole mesure en moyenne 2 m.

Jeune python vert

Jeune serpent vert qui nait jaune puis devient rouge et enfin vert à l'âge adulte. By kondro86

Le python molure est proche de son cousin africain le python de Seba. Il s'en distingue par le dessin en forme de flèche sur la tête. Lui, vit en Asie du Sud.

La femelle Python : une mère attentionnée

La majorité des serpents, environ 70% des espèces, est ovipare c’est-à-dire, que plus ou moins longtemps après l’ovulation, les femelles pondent des œufs protégés par une coquille résistante.
Tous les pythons sont ovipares.

Femelle python et ses oeufs

Femelle python qui "couve" ses oeufs. By Bitterbug

Par contre, les femelles sont plus ou moins prolifiques selon leur âge et l’espèce. Par exemple, le python royal peut pondre jusqu’à une trentaine d’œufs.

Le mâle fait sa cour avant l'accouplement. Il se frotte longuement à elle et la frôle. Il continue à la caresser jusqu'à ce qu'elle l'accepte. L'accouplement se déroule souvent de nuit.

Au moment de la ponte, soit 2 à 3 mois après l'accouplement, la femelle cherche un trou, un terrier ou un nid de feuille qu'elle aménage. Elle va les "couver" pendant près de trois mois.

Jeune python royal

Jeune python royal. By Bert Heymans

La plupart des serpents abandonnent leurs œufs juste après la ponte. Ce n’est pas le cas de la femelle python.
Elle s’occupe de sa ponte jusqu’à l’éclosion. Afin de les protéger de l’humidité et du froid nocturne, elle s’enroule autour jusqu’à les recouvrir totalement. D’une certaine manière, elle couve ses œufs comme le font les oiseaux.

Python de Seba

Python de Seba. Kenya 1991. © dinosoria.com

L’incubation qui dépend de la température varie selon les espèces. Huit jours au minimum pour le python royal et jusqu’à 8 semaines pour le python tapis.
La femelle défend ses œufs avec vigilance contre les prédateurs sans se nourrir.

Video Une femelle "couve" ses oeufs

Les bébés pythons sont munis d’une dent qui leur sert à percer la coquille. Le travail de la femelle s’arrête dès que tous les œufs ont éclos. Ses petits devront alors apprendre seuls à survivre.

Des vestiges de leurs ancêtres

Serpents assez primitifs, les pythons possèdent des vestiges de pattes atrophiées sous le ventre (au niveau de la ceinture pelvienne).

Python. Vestiges du bassin

Vestiges du bassin. L'os est parfois recouvert d'un ergot corné. © Athéna

Le mâle s’en sert pour gratter les flancs de sa partenaire et trouver l’ouverture du cloaque afin d’y introduire son pénis.
Il faut d’ailleurs parler d’hémipénis.

Python hemipenis

Hémipénis © Athéna

En effet, les mâles possèdent deux organes copulateurs munis d’épines pour mieux se fixer dans l’organe de la femelle. Il utilise ses deux hémipénis en alternance.

Une mue plus fréquente

Les pythons muent plus fréquemment que les autres serpents : 4 à 5 fois par an. La couleur bleu laiteux de l’œil signifie que la mue va commencer.

Python en train de muer

L'oeil devient opaque au moment de la mue. © dinosoria.com

Au moment de cette mue, l’épiderme sécrète une substance grasse qui permet à la peau morte de se détacher plus facilement.

Une mise à mort spectaculaire

Le python tue par constriction. Quand une proie passe à sa portée, il se détend aussi vite qu’un éclair et entoure de ses anneaux la victime. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la proie ne meurt pas par asphyxie mais d’une hémorragie cérébrale.

Python de Seba qui étouffe une proie

Après avoir tué une grosse proie, le python de seba peut jeûner un an. © dinosoria.com

Le python dispose d’une force musculaire incroyable. Il est impossible à sa proie aussi grosse soit-elle d’échapper à son étreinte mortelle.
Il ne dessert ses muscles que quand la victime ne bouge plus. Dès lors, il peut avaler la tête la première son dîner.

Ses dents l’aident à pousser la proie au fond de sa gorge et son cou se dilate.

Python qui avale un rongeur

Python qui avale un rongeur. © dinosoria.com

N’importe quel animal serait incapable de respirer avec des proies aussi grosses dans la bouche. Mais, sa mâchoire inférieure est dotée d’un tube respiratoire qu’il peut faire glisser au besoin d’un côté ou de l’autre de sa bouche.

Video Un python avale une grosse proie

Malgré les apparences, le python ne mange pas plus de deux fois son poids en un an. La digestion, pour les plus grosses proies, peut durer des semaines.

Un géant fragile

Plus la proie est volumineuse, plus la digestion est longue. Parfois, il peut à peine bouger. Malgré tout, il doit respecter l’alternance chaud et froid. Comme tous les animaux à sang froid, le python est dépendant de sa thermorégulation.

Video un crocodile avale un python

La digestion exige un niveau élevé de température. En effet, ce processus doit absolument être plus rapide que celui de la putréfaction de sa proie. De ce fait, si le python subit une température trop basse après avoir avalé une proie, celle-ci va pourrir à l’intérieur de son corps et il mourra.

Des sens très développés

Si les serpents sont sourds, ils perçoivent très bien les vibrations. Les pythons ainsi que les boas possèdent un dispositif particulier.
Ils ont un détecteur de rayonnement à infrarouge. Presque tous les pythons possèdent, autour de leur bouche, des fossettes labiales thermosensibles qui permettent de localiser un animal à sang chaud.

Python tapis

Le python possède une vue médiocre. © dinosoria.com

Ces récepteurs transmettent des stimulis au cerveau. Cet organe est tellement efficace qu’il peut détecter un changement de température d’1/30ème de degré.
Ainsi, de nuit comme de jour, les pythons peuvent localiser très précisément leurs proies même si elles restent immobiles.

Python tapis

La langue bifide des pythons recueille toutes les informations. © dinosoria.com

Par contre, tout ce qui est sous l’eau est invisible pour un python. Seule sa vue peut l’aider à détecter une menace et souvent, quand il s’agit de crocodiles, il est trop tard.

Classification: Animalia. Chordata. Reptilia. Squamata. Serpentes. Pythonidae

V.Battaglia (10.2004) M.à.J 09.05.2005

Prédation et nutrition des serpents . Python de Seba . Python réticulé

Références principales

Serpents Editions Artémis 2001 • Les grands prédateurs Editions Atlas 2003 • La reproduction des reptiles et les facteurs de son induction G.Matz 1984 • Guide des serpents U.Gruber 1992

< Serpents